Le plateau des Bolovens

Notre séjour au Laos a commencé très tranquillement par du hamac aux 4000 îles, il était temps de se bouger un peu. Et pour cela, nous avons enfourché une moto pendant quatre jours sur le plateau des Bolovens. Au programme : beaucoup de cascades, mais pas que !

Le plateau des Bolovens est une région du sud du Laos encore très sauvage et bien connue des voyageurs qui aiment la parcourir à moto. Avec ses nombreuses cascades, forêts, et villages le long de la route, sa traversée est réputée pour en mettre plein les yeux ! La « grande boucle » peut se faire en 3 jours ou plus. Nous avons choisi d’y passer 4 jours.

Jour 0 : Arrivée à Paksé

Le bus arrive en fin d’après-midi à Paksé. Tout juste le temps d’aller trouver une auberge pour la nuit, puis de s’occuper de la location de la moto pour les 4 jours à venir.

Une adresse sort clairement du lot pour ça, une location de moto tenu par une laotienne et un belge. En plus d’avoir des motos bien révisées, avec de bons pneus et de bons freins, ils organisent une réunion d’information quotidienne pour donner toutes les astuces et bonnes adresses de la boucle. Parfait ! On décide de suivre la grande boucle.

Jour 1 : Premières cascades et bain des éléphants

On commence le tour par une bonne heure de route, pas très intéressante puisqu’il faut quitter la ville avant d’entrer dans le plateau. Mais assez rapidement nous arrivons aux abords de la première cascade : Tad Pasuam. Assez jolie, mais aussi assez touristique : un espèce de « village hôtel » a été construit tout autour. On aura mieux plus tard !

pc095076

pc095079
Joli pont tout en bambou

On reprend la route pour arriver à Tad Lo, et plus particulièrement à l’auberge Mama Pap, où nous passerons la nuit. L’auberge est vraiment bon marché (3€ pour 2 !) et propose une grande pièce avec une dizaine de matelas côte-à-côte, séparés par des moustiquaires. Assez rustique mais l’ambiance est excellente ! Et les plats servis par Mama Pap sont parmi les plus copieux que nous ayons eu depuis longtemps. Et très bons avec ça ! :-P

befunky-collage
‘a pu faim !

Une fois installés (et rassasiés) on reprend la route vers une autre cascade (Tad Soung Lo) qui est à sec pendant la journée. Des vannes situées en amont sont fermées pour les besoins d’une centrale hydroélectrique. On peut donc marcher dans le lit de la rivière, et admirer le paysage depuis 80 mètres de haut. Mais attention à ne pas trop traîner, il parait que les vannes sont ré-ouvertes tous les jours à 16h sans prévenir !

pc095094
Attention à ne pas trop s’approcher ..

pc095102

pc095109

Allez, c’est reparti vers encore une autre cascade (Tad Lo), où on se baignera cette fois-ci !

pc095119
L’eau est très fraîche ! Mais on ne pouvait pas s’empêcher ..

Dernière étape de la journée : tous les jours à 16h30 deux éléphants prennent leur bain dans une rivière à 5 minutes de notre auberge. On ne peut pas louper ça ! Ce sont deux éléphantes d’une cinquantaine d’année, qui après avoir travaillé pendant plus de 30 ans ont été rachetées par un hôtel de luxe. Ils font encore 3 tours maximum par semaine, mais le reste du temps ils sont libres dans un enclos de plusieurs kilomètres carrés. D’ailleurs ce jour là, l’une d’entre elles est allé se promener à plusieurs kilomètres, obligeant le propriétaire à la chercher partout !

Les activités autour des éléphants en Asie sont souvent synonyme de maltraitance cruelle envers ces animaux. Nous en avions déjà entendu parler, mais la réalité est bien pire que ce qu’on a tendance à l’imaginer.
Pour plus d’information, n’hésitez pas à aller lire l’article suivant, très complet.

Le spectacle du bain est magnifique, les éléphants prennent clairement du plaisir à s’asperger avec leur trompe et à s’immerger complètement (avec la trompe en l’air en guise de tuba). Nous sommes comme deux gamins devant ce spectacle !

pc095141
Un petit massage laotien ?

pc095157

Une fois le bain fini, c’est l’heure de la collation : bananes et pousses de canne à sucre. L’occasion d’aller faire des papouilles à ces petites bêtes. :-)

pc095185

pc095212

Allez, fin de la première journée … ou presque puisque l’on passera la soirée avec plusieurs français rencontrés en route. Après quelques bières et une dégustation de “Lao Lao” (l’alcool de riz national : 40°), au lit !

Jour 2 : Mr Hook et encore des cascades

Hook habite dans un petit village animiste de 700 habitants. Il est parti faire ses études en Thaïlande, une exception dans son village. Ce qui ne plaisait pas trop à sa famille qui voulait qu’il se marie. D’ailleurs à deux reprises ils ont voulu lui trouver une femme, qu’il a « donné » à son frère puis à son cousin car il ne voulait pas se marier mais continuer ses études.

Notamment à cause de cela, M. Hook a une place à part : il n’a pas le droit de sortir du village non accompagné et n’est pas le bienvenu chez ses voisins. Maintenant, il tient une petite auberge et fait découvrir son village, ses plantations de café et toutes ses traditions à des occidentaux.. Et ça marche ! Une belle revanche…

La visite commence par l’histoire du café : culture, plantations, variétés, torréfaction et bienfaits. On se promène ensuite à travers différentes cultures : café, tabac, plantes avec diverses utilités (fibres textiles, flèches, médecine, sève pour faire des bulles comme avec du savon, ….)

Graines de tabac (des milliers de graine dans un fruit)
Graines de tabac (des milliers par fruit)

On passe ensuite aux traditions, qui nous paraissent venues d’un autre temps. En voici quelques-unes :

  • Les esprits sont très présents dans leur culture
  • Pour une personne âgée, se faire prendre en photo lui ferait perdre deux années de vie
  • On ne cogne pas aux portes des maisons : ça fait fuir les bons esprits. On s’appelle en criant
  • La terre est plate et ne tourne pas
  • Les femmes ou plutôt les filles peuvent se marier à 8 ans, souvent avec des hommes beaucoup plus âgés, et sont parfois enceinte à 13 ans
  • Un homme peut avoir plein de femmes, d’ailleurs M.Hook a 3 mères qu’il présente comme : “Ma mère, ma mère et ma mère”
  • Lorsque le mari meurt, les femmes doivent se remarier avec le frère ou le père
  • Les hommes ayant assez de femmes ne travaillent plus
  • Lorsqu’une femme va accoucher, elle passe la semaine seule dans la forêt
  • Il y a trois cimetières : Un pour les accouchements ratés, un pour les accidents, un pour la mort naturelle, afin de ne pas mélanger les esprits
  • A la naissance, un bébé n’a pas de prénom. Les parents doivent faire un bon rêve pour aller voir le chef spirituel du village, qui leur donnera le prénom. S’ils ne font pas de rêve il faudra revenir dans une semaine, un mois, puis un an. Certains enfants n’ont toujours pas de prénom à 6 ans !
  • Les habitants ne connaissent pas leur âge car il n’y a pas de calendrier. Ils parlent en fonction de la récolte du riz

Une visite captivante, d’autant plus qu’il parle un très bon anglais et qu’il prend un réel plaisir à répondre à nos questions, sans tabou.

Après avoir fait le tour du village, nous avons pu déguster deux cafés (arabica et robusta) dans des gobelets en bambou avec le filtre intégré !


befunky-collage

Si seulement on était pas embêté par tous ces cochons dans les pattes … :-)

pc105248

Prochaine étape : visite d’une ferme de thé et de poivre. Pas de bol, il n’y a pas de visite aujourd’hui mais la ferme reste ouverte et nous en faisons donc le tour, sans toujours bien savoir quelles plantes on est train d’observer (“c’est du thé ça ?” “mais non c’est de la papaye !”).

pc105254

pc105263
Séchage des grains de poivre

Allez, c’est reparti direction Tad Faek où nous passerons la nuit. Il y a un peu de route à faire et il parait qu’il faut arriver avant 17h sous peine de tomber sur une porte fermée. Et en effet, l’auberge se trouve à 2km de la route principale, au bout d’un chemin de terre sacrément cabossé, et surtout au pied de la cascade ! Il y a 6 bungalows qui sont très basiques (en guise de douche : une bassine sous un robinet d’eau froide) mais propres et plein de charme ! On a vue sur la cascade et le bruit de l’eau pour nous bercer :-)

On se dépêche de commander à manger (et d’acheter quelques bières !) avant que tout ne ferme. Une soirée très agréable commence, au pied de la cascade avec nos compagnons de voyage, un couple de français rencontrés la veille.

pc105266

pc105275

La nuit tombant, nous avons allumé un gros feu de camp … le pied !

pc105281

Jour 3 : Un peu de route, de piste, et de marche

Le lendemain matin, on admire encore un peu la cascade avant de reprendre la route, cette fois-ci direction un trek dans la forêt qui permet d’aller visiter .. des cascades (pour changer) !

Il y a encore un peu de route à faire, mais ça n’est pas grave car cette partie est réputée pour être la plus belle du tour … et ça n’est pas faux ! Nous nous sommes arrêtés plusieurs fois pour admirer la vue sur les montagnes et les vallées. On quitte ensuite la route goudronnée pour passer sur un chemin en terre rouge. Il y a des trous partout donc on réduit clairement le rythme, mais c’est sympa !

pc115299

pc115301
Le gang des bikers … en scooter rouge !

pc115310

Après quelques kilomètres, nous arrivons sur une auberge située au beau milieu de nulle part, et qui fait office de point de départ pour la marche. Cinq cascades sont à visiter, et elles sont numérotées sur des panneaux directionnels au début du chemin. Ça devrait le faire !

On commence par la cascade n°1, qui peut déjà être admirée depuis l’auberge. Magnifique ! Y’a plus qu’à descendre des marches creusées dans la terre pendant 10 minutes, et on peut admirer la vue sous un autre angle. Par contre en remontant les jambes commencent déjà à piquer un peu … l’échauffement ! 

pc115320

pc115324
Si c’est pas un paysage de carte postal, ça …
pc115328
Avec le courant et des cascades tous les 100 mètres, y’a pas intérêt à glisser !

Retour à l’auberge, et on repart pour les n°2, 3, 4 et 5. Mais très vite il n’y a plus aucun panneau et des chemins dans tous les sens. On nous avait prévenus : impossible de ne pas se perdre. Pas grave, on suit quelques chemins au pifomètre, parfois à gauche et d’autres à droite, et ça nous amène sur plusieurs points le long de la rivière, très joli ! On fera même une pause baignade, et un peu d’escalade pour longer le cours d’eau.

pc115344
Une pause ? Une construction de bâton !

pc115351

Clairement nous n’avons pas encore vu toutes les cascades, mais la faim se fait sentir donc on décide de remonter pour manger un morceau à l’auberge. En discutant avec d’autres personnes (déjà croisées plus tôt dans la boucle, on recroise toujours les mêmes !), on apprend que la n°2 est la plus belle de toutes, à ne surtout pas manquer. Du coup changement de programme, on avale un peu de riz gluant et c’est reparti (avec quelques explications sur la route à suivre) ! 

Le « riz gluant » est une variété de riz cultivée et consommée en Asie.
Au Laos, il est cuit à la vapeur, dans des paniers en bambou, ce qui lui donne un aspect collant mais sec, permettant de le manger avec les mains. On pioche dans le panier pour tremper le riz dans la sauce. Pratique !

Et en effet, la n°2 est très belle :

pc115381

pc115402

Allez, il reste une heure de route avant d’arriver à notre dernière étape : une ville pas fantastique, où il pleut souvent et qui n’a pas vraiment d’intérêt. Sur la fin du trajet le soleil est déjà bien bas et en effet, il caille ! Pour  la première fois depuis deux mois on a froid, au point d’enfiler un pull ! :-)

Jour 4 : Bouddha et … cascades !

Pour boucler la boucle, nous finissons par trois cascades situées sur la « petite boucle » et faisables dans la journée depuis Paksé.

La première est réputée pour être la plus belle, c’est surtout (selon nous) la plus touristique ! Des vendeurs de souvenirs et des restaurants sont installés autour, et un gros parking est rempli de bus. Bon, la cascade est très jolie mais on a une préférence pour les autres, qui sont désertes !

pc125463

pc125474
Les moines laotiens sont souvent oranges fluos, la classe !

La seconde est également très belle, on peut facilement s’y baigner (on s’est gênés !) et on peut passer derrière le mur d’eau !

pc125477
La vue en arrivant … ça donne envie !
pc125486
Une libellule couleur « jean » !

pc125492

On peut même jouer les tarzan en s’accrochant à une liane !

Et enfin la troisème et dernière, la plus haute de tout le plateau : 120 mètres. Il y a en fait deux chutes d’eau au même endroit, que l’on ne peut pas approcher mais la vue est tout de même magnifique.

pc125502

Et c’est reparti pour revenir à notre point de départ : Pakse. On profite d’avoir la moto pour aller à quelques kilomètres de la ville et grimper sur une colline au sommet de laquelle se trouve une grande statue de Bouddha. La vue sur le Mékong est superbe ! Et on a même une bière gratos par la dame qui tient le parking !

pc125506
Est-ce raisonnable avant de monter 500 marches ?
pc125508
Déjà quelques regrets par rapport à la petite bière ?
pc125513
Il manque quelques marches

pc125520

Si c’était à refaire …

… on referait tout pareil ! Nous avons vraiment beaucoup aimé cette boucle. D’une manière générale, le Laos est beaucoup moins touristique que ses voisins et on croise très peu d’occidentaux la journée, au point d’être la plupart du temps seuls dans les cascades. En plus, les soirées dans les auberges ont toujours été très agréables, autour d’une bonne bière et de gens sympas.

Notre prochaine étape ? Un autre tour de moto, cette fois-ci de 3 jours et dans les montagnes !

12 commentaires sur “Le plateau des Bolovens

  1. Olala mais Marlène est toute maigre ! Faut finir ton assiette…
    « La route goudronnée » : j’espère que vous êtes sûr de vous !
    Les cascades sont superbes. Une fois de plus, on en a plein les mirettes. Merci de partager avec nous. Continuez comme ça les loulous. Vous êtes au top !
    Bisous aux éléphants si vous en recroisez (Marlène j’adore ton tshirt avec les éléphants !).
    Ici on continue à vous suivre avec beaucoup d’attention. Bisous.
    François

    1. Je n’ai pas fait de test HAP pour vérifier (en vrai c’était plutôt des enduits, mais je pense que tu seras le seul à relever)
      Merci la groupie, et c’est bien la première fois que j’entends « Marlène » et « maigre » dans une de tes phrases……..
      Gros bisous !

  2. Encore un super article ! Ça donne vraiment envie d’y aller (je crois que je vais dire ça à chaque nouveau pays :-))
    Continuez bien et merci de nous faire voyager!
    Bises!

  3. Coucou mes voyageurs préférés, c’est encore très, très beau !!
    Gros bisous à tous les deux, on va bien penser à vous pour ce Noël.

    1. Merci Maman ! On pense bien à vous, et aussi à la bûche framboise chocolat, et surtout au plateau de fromage…
      Gros bisous à tout le monde !

Les commentaires sont fermés.