Pérou – Le bilan

C’est surtout avec nos chaussures aux pieds que nous avons sillonné le Pérou. Car pour découvrir les vestiges incas, les sommets enneigés et les profonds canyons, nous avons passé une bonne quinzaine de jours en randonnée, seuls avec nos sacs sur le dos, loin des foules touristiques. Mais entre ces treks, se sont glissées de (très) nombreuses heures de bus. Il est maintenant temps de faire un petit bilan de ce mois et demi chez les lamas et les joueurs de flûte de pan !

Notre itinéraire

Avant de commencer, on tient à préciser que le cliché du joueur de flûte de pan s’arrête un peu au couloirs du métro parisiens. Au Pérou, on ne croise pas tellement cet instrument, à part dans les magasins de musique. En revanche pour les lamas, c’est une autre histoire : on les croise à chaque coin de rue .. et d’assiette ! Mais ça n’est pas le sujet. :-)

Pour une fois, on peut dire qu’on a un peu fait n’importe quoi … et d’ailleurs il suffit de regarder la carte de notre itinéraire pour le comprendre :

Notre choix d’itinéraire n’est clairement pas le meilleur ! En arrivant par le Chili, au Sud, on aurait mieux fait de commencer par longer la côte, puis de redescendre vers la Bolivie par les terres. A la place, nous avons pris un chemin assez atypique qui nous à permis de passer beaucoup, beaucoup de temps à la fenêtre des bus, en zigzaguant sur les routes de montagnes. Un peu fatigués de ça, nous avons craqué sur la fin et choisi de prendre un avion (Lima – Puno) pour nous éviter 24h de bus supplémentaires.

Pour autant, nous avons pu visiter beaucoup de ville et de lieux inoubliables :

Nous sommes aussi allés passer quelques jours à Lima, la capitale, et à Puno, au bord du lac Titicaca. Mais pas d’article pour ces lieux, car nous les avons survolés (et nous n’avons pas aimé Lima !).

Voyager au Pérou

Une gastronomie particulière

Au Pérou, il y a deux ingrédients que l’on retrouve quasiment toujours dans son assiette : du riz et des patates. Et pour ne rien enlever à ce plaisir quotidien, ils ne savent globalement cuire ni l’un, ni l’autre ! Alors certes, manger dans les marchés ne coûte rien (a peine plus d’1€ pour une soupe et une grosse plâtrée), mais ça lasse tout de même rapidement…

Nous avons tout de même eu quelques coups de cœur gastronomiques, à commencer par les petits déjeuners aux marchés : boisson à l’avoine (appelée Quaker, comme la marque), ou au quinoa, sandwichs œuf – avocat – fromage, jus de fruits frais, … tous les matins nous étions au contour de ces cafeterias ou jugerias pour commencer la journée le ventre plein. Le ceviche (poisson cru mariné dans du jus de citron) est aussi un grand classique de la cuisine péruvienne, mais bien que ça soit très bon, on n’en mangerait pas tous les jours !

A part ça, nous avons quand même beaucoup craqué en allant dans des restaurants occidentaux. Entre une raclette, des crêpes bretonnes, un restaurant vegan, quelques pizzas et des burgers, on doit bien avouer que l’on a pas mangé local tous les jours …

Tourisme de masse

Le Pérou a beaucoup à offrir. Il y a bien sûr le Machu Picchu, mais aussi beaucoup d’autres ruines incas, des montagnes de toutes les formes et de toutes les couleurs, une gastronomie particulière (qui veut un cochon d’inde au barbecue ?), des canyons immenses, et tout un folklore bien typique (costumes, fanfares, décorations, ..). On comprend donc facilement que le tourisme y prenne une place importante. Pour autant, à part quelques sites clés (Machu Picchu, centre ville de Cuzco, ..) ce tourisme reste assez facile à éviter en sortant légèrement des sentiers battus !

Par exemple à Cuzco, à chaque coin de rue on trouve quelques mamitas en costume traditionnel accompagnées de lamas, en costume également ! Mais on comprend vite qu’elles cherchent à se faire prendre en photo, pour ensuite réclamer quelques soles ..

Les chaussures s’usent !

Au Pérou, les trek ça n’est pas ce qui manque. D’ailleurs c’est assez clair de notre côté, puisque nous avons fait 3 grosses randonnées en autonomie (Canyon de Colca, Choquequirao jusqu’au Machu Picchu, et le Santa Cruz dans la Cordillère Blanche). En tout, ça représente toute de même pas mal de nuits passées dans la tente, en pleine nature. Et ça n’est pas pour nous déplaire ! Nous avons aussi clairement repoussé nos limites, en partant plus d’une semaine d’affilée en autonomie totale, ou en passant des cols à plus de 4500 mètres d’altitude. Une grosse fierté !

Le retour approche

Au fur et à mesure que le temps passe, notre retour en France approche. Et même si ça n’a pas de rapport direct avec le Pérou, c’est dans ce pays que l’on commence à vraiment le ressentir. On supporte de moins en moins les mauvais côtés du voyage (les interminables trajets en bus, les villes sur-agitées, etc), et on se prend assez souvent à rêver d’un chez-soi avec un frigo plein de fromage ! Pour autant, le voyage continue et nous sommes toujours aussi heureux de nous promener :-)

Notre budget

Entre nuits en tente et entrée du Machu Picchu, il faut jongler entre les dépenses au Pérou. Notre budget prévisionnel était de 28€ par jour et par personne. On s’est rapidement rendu compte que c’était sur-estimé car la vie y est très peu chère ! Et c’est tant mieux : avec moins de 23€ par jour et par personne à l’arrivée, on a quand même pu se faire bien plaisir et faire des économies au passage.

Sans surprise, le budget n°1 concerne les restaurants. Comme dit plus haut, le riz-patates ça va un moment ! Ajoutez à ça les petits déjeuners au marché quasiment tous les matins, et on arrive à 5€ quotidiens par personne.

Suivent les activités. Car pour visiter les ruines incas, il faut systématiquement aligner quelques billets. Le Machu Picchu a lui seul coûte 70€ par personne, ce qui est énorme pour le pays.

Le logement à la 4e position, ça c’est assez nouveau. En même temps, nous avons passé une bonne dizaine de nuits dans la tente :-)

Pour le reste, rien de bien surprenant .. ah, si, seulement 33€ de soirée ?! Il faut qu’on rattrape ça en Bolivie, ça n’est pas normal de boire si peu !

Quelques bons côtés…

  • Un folklore très présent : habits traditionnels, lamas, fanfares
  • Les ruines incas et leurs mystères
  • Les paysages variés : du canyon aride aux lagunes turquoises d’altitude en passant par des exploitations de café
  • Les belles opportunités de trek
  • Nos petites habitudes culinaires à Cuzco

… et quelques moins bons

  • Qui dit tourisme important, dit se faire prendre pour un pigeon régulièrement
  • Le riz-patate
  • Les longs trajets en bus à travers des zones désertiques et pas très jolies
  • Une capitale sans intérêt
  • Notre première intoxication alimentaire sur le continent

Vous l’aurez compris, même si nos yeux ont plus frétillé que nos papilles, nous avons vraiment beaucoup aimé le Pérou. Les paysages sont incroyables et encore, nous n’avons vu qu’une petite partie du pays ! Mais la date de retour approche et il est temps de passer au pays suivant : la Bolivie !

9 commentaires sur “Pérou – Le bilan

  1. Nous étions mort d’inquiétude! 19 jours sans aucune nouvelle, c’est totalement irresponsable les jeunes! Je n’en fermais plus l’œil de la nuit depuis au moins une semaine!
    Alors ok vous réalisiez des treks de folie en autonomie complète, l’ascension de monts enneigés et la visite de sites plus magnifiques les uns que les autres, mais il n’en demeure pas moins que « les français veulent savoir ». On veut des news! Vous êtes le nouveau loft de notre jeunesse, mais en plus beaux, plus sympathiques, plus sauvages, plus démerdes et tellement plus sympas, et puis aussi moins cons.
    Trêve de plaisanteries, profitez à fond de vos dernières semaines. Écrivez, ou non, des articles, on s’en fiche. Le plus important, c’est de bientôt vous retrouver, autour d’une petite fondue savoyarde au Puligny pour rattraper le temps « perdu » si vous êtes vraiment en manque de fromage.
    Gros bisous à vous deux,
    François

    1. Haha merci groupie ! On rattrape les articles, ça va venir. On va bien les espacer pour faire durer le plaisir ;)
      Au pire on te les racontera autour d’une bière (dans trois semaines à Tours par exemple ! )
      Gros bisous à très vite !
      (FROMAAAAAAAAAAGE !!!!!!!!!!!!!!!!)

  2. Je crois qu’à chaque fois que je lis un de vos bilans, ça me donne envie d’aller dans le pays concerné ;-)
    Profitez bien de vos dernières semaines, bises!

    1. C’est une grande ville sans vraiment d’intérêt. Quelques trucs qui nous ont vraiment déplu :
      – Il y a tout le temps des bouchons partout
      – Il y a la mer donc on s’attendait à ce que ça soit joli .. tu parles j’ai jamais vu un bord de mer aussi laid
      – Il fait toujours gris
      – …

      Après il y a des quartiers sympas mais bon ça ne compense pas vraiment le reste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *