Bolivie – Le bilan

La fin du voyage arrive à grands pas et nous quittons déjà le dernier pays de notre liste (sans compter l’Argentine que l’on va survoler). Pourtant, jusqu’au bout, les bonnes surprises sont possibles et la Bolivie en est le parfait exemple ! Peut-être est-ce dû à nos excès sur le budget, aux nombreux tours organisés que nous avons effectués, ou simplement à cette ambiance de bordel paisible qui nous rappelle l’Asie. En tout cas, après y avoir passé un mois, nous l’ajoutons à nos favoris du tour du monde… Bilan !

Itinéraire

Après nos mauvais choix d’itinéraires au Pérou, on s’est un peu rattrapés en Bolivie. Pourtant, les trajets que nous avons faits là-bas resteront les pires du voyage … Mais regardons plutôt la carte :

Une fois de plus, nous n’avons pas pu aller partout. Nous sommes pourtant restés 34 jours dans ce pays, mais ça n’est vraiment pas suffisant pour aller visiter toutes les régions. Car la Bolivie c’est grand, et les trajets prennent très vite des plombes ! Notre visite de ce pays s’est faite en deux fois car pour aller au Salar d’Uyuni (au sud-ouest), nous étions passés par le Chili quelques semaines plus tôt. Tout de même, nous avons réussi à avoir un panel assez diversifié de climats, d’altitude et de nature pour nous donner une bonne idée de ce que la Bolivie a à offrir :

  • Copacabana : au bord du lac Titicaca, paisible et simplement beau
  • La Paz : tout d’une capitale sauf le titre, un immense marché à ciel ouvert. Et un tour à VTT sur la route de la mort
  • Le Huayna Potosi : grimper à 6088 mètres, l’un de nos plus gros défis du voyage
  • La jungle amazonienne : tels des Robison Crusoé, on se prend au jeu de l’aventure… en ayant faim !
  • La pampa : Tellement d’animaux qu’on ne sait plus où donner de la tête
  • Sucre : Une capitale bien tranquille, où il fait bon vivre

Voyager en Bolivie

Les pires trajets de notre tour du monde

Prenez des routes souvent parfois pourries, quelque fois à peine assez larges pour laisser passer un bus, d’autres fois le long de falaises. Ajoutez à cela une mauvaise chance sur la météo qui bloque durant des nuits entières. Saupoudrez le tout de musique à fond, d’une pincée de boliviens chargées comme des mules qui vous donnent des coups de sac ou de fesse dans la tête à 3h du matin. Enfournez le tout dans un froid glacial toute la nuit. Bravo, vous voilà avec notre expérience de voyage en bus en Bolivie !

Parés pour la nuit !

Nous en avions déjà plus qu’assez des voyages en bus, toujours interminables, mais en Bolivie on a passé un cap avec plusieurs trajets qui resteront les pires de notre périple : San Pedro de Atacama – Uyuni (neige qui bloque le bus, 8h de retard), La Paz – Rurrenabaque (route le long de la falaise défoncée, trajet « machine à laver »), La Paz – Sucre (froid glacial toute la nuit, pas de couverture ni de chauffage), etc.

Tours organisés à foison

En Bolivie, il y a beaucoup de choses à faire et à voir, mais relativement peu accessibles par soi-même. Nous avons donc souvent craqué en passant par des agences, contrairement à nos habitudes. Mais à l’arrivée nous n’avons aucun regret : les expériences vécues valent bien les petits écarts de budget ! Nous avons systématiquement découvert des choses uniques, autant au niveau des paysages que des aventures, et nous parlerons certainement encore de tout ça dans 10 ans :

  • Salar d’Uyuni : une mer de sel unique au monde
  • Huyna Potosi : la première fois que l’on passe au dessus des 6000 mètres d’altitude
  • VTT sur la route de la mort : 3h de descente presque sans un coup de pédale sur la route la plus dangereuse du monde
  • Jungle amazonienne : 3 jours de survie dans la jungle, au bout de nos limites
  • Pampa : Des animaux … PARTOUT !

Mélanges de cultures, religions, et rites anciens

La Bolivie est clairement un pays catholique, ce qui est est d’ailleurs inscrit dans sa constitution datant de 2009. Comme pour ses pays voisins, c’était à l’origine un outil pour les colons espagnols, qui s’est petit à petit inscrit dans la culture locale. Pour autant, les Boliviens n’ont pas oublié leurs anciens rites, superstitions et croyances : baptêmes de voitures, offrandes à la Pachamama, fœtus de lamas et remèdes de sorcières, chamans, offrandes andines, .. et messe tous les dimanches ! Les boliviens jonglent entre les codes du catholicisme et ceux de leurs ancêtres.

En plus de ce mélange de croyances, la Bolivie est marquée par un mélange d’ethnies et donc de cultures. Les aymaras et les quechuas sont certainement les plus connus, mais il en existe bien d’autres. La constitution de 2009 reconnaît également cet aspect plurinational de la Bolivie, via 27 minorités.

Cette diversité se remarque entre autres via les wiphalas, ces drapeaux multicolores qui représentent les ethnies andines, et qu’on retrouve sur l’épaule de tous les policiers, militaires et fonctionnaires en uniforme, sous le drapeau bolivien.

Wiphala à côté du drapeau bolivien

Manger en Bolivie

On vous avait déjà parlé de la cuisine au Pérou et de son fameux viande-riz-patates… et bien la Bolivie c’est à peu près pareil, mais en pire ! La première fois que l’on prend un almuerzo, on est super contents de la quantité de nourriture pour le prix dérisoire (soupe + plat pour à peine 2€). Sauf que le menu est à peu près toujours le même : milanaise de poulet, le chicharron (viande frite), poulet frit… ça lasse assez vite. Et on se demande où sont passés tous les légumes qui colorent les étalages du marché.

Heureusement, il y a eu des exceptions et on a réussi à trouver de bons plats dans certaines villes : les bonnes truites du lac Titicaca, le poisson du marché de Rurre tous les midis et le mojadito tous les soirs (riz avec du bœuf effilé, une sauce  inconnue, un œuf et des bananes : simple mais efficace), les plats du marché de Sucre : riz patate et viande (… mais en sauce !), nos plats faits maisons dans la cuisine de l’auberge : on rattrape le manque de fruits et légumes, les salteñas : chaussons fourrés à la viande et aux épices et remplis de bouillon (un mélange sucré salé super bon), …

Il y a aussi plein de gâteaux à tous les coins de rue, assez basiques mais qui ne coûtent rien… pour le plus grand plaisir de Baptiste. Niveau boisson, on trouve toujours des bons jus de fruits au marché et on a ajouté une petite nouvelle à la liste : l’Api ! Une boisson chaude épaisse bien sucrée à base de maïs et de cannelle, que l’on boit au petit déjeuner tout en mangeant des beignets au fromage : pas très régime mais très bon !

Notre budget

Comme dit plus précédemment, on s’est un peu lâchés en Bolivie. Si notre budget prévisionnel était de 24€ par jour et par personne, les nombreuses activités payantes nous amènent au final à 29,5€ par jour et par personne. Pas grave, on a bien profité !

Budget n°1 : les activités. 17€ par jour et par personne rien que pour les activités ! C’est de très loin le plus que l’on a dépensé dans un pays dans ce domaine. Un gros craquage donc, mais sans regret.

Pour la suite, tous les autres catégories tombent bien en dessous et c’est normal : nous avons beaucoup mangé au marché, le logement était souvent compris dans les tours et les bus coûtent vraiment une bouchée de pain en Bolivie.

Seul bémol notable : les frais bancaires. Ça nous fait toujours mal de perdre de l’argent là dedans, mais ici on ne pouvait pas l’éviter : aucune banque partenaire avec la notre n’existe dans ce pays. C’est tout de même près de 2% du budget qui part pour nos amis les banquiers.

Quelques bons côtés …

  • Une grande variété de climats, à toutes les altitudes (l’air chaud de la jungle nous a requinqué !)
  • Comme au Pérou, un folklore et des traditions bien présentes (costumes, fêtes locales, marchés de rue, ..)
  • Un sentiment d’aventure quotidienne, entre nos exploits sportifs et la nourriture du marché
  • Hormis les activités, le pays est vraiment peu cher pour voyager (logement, nourriture, transports)

… et quelques moins bons

  • Les voyages en bus (encore une fois !)
  • Une nourriture qui ressemble à celle du Pérou … et ça n’est pas vraiment un compliment (encore du riz-patates !!)
  • Beaucoup de mendiants par endroits .. la pauvreté est bien présente et visible
  • Les douches ! Les pommeaux chauffent l’eau en direct, avec un système électrique qui envoie des décharges si on n’y prend pas garde .. un système « Claude François » qui peut surprendre !
Le chauffe-eau bolivien !

 

Ça y est, le voyage touche à sa fin ! Il nous reste une bonne semaine pour rejoindre Buenos Aires, où nous passerons quelques jours chez Vanessa et Ian, des amis qui habitent là bas. On quitte donc la Bolivie un peu tristes, mais aussi impatients de retrouver le confort de notre chez-nous. La Bolivie était ce dont nous avions envie pour finir notre voyage : le plein d’aventures et de belles découvertes.

Ceci dit quand on y réfléchit nous n’avons pas de chez-nous ! Il va falloir squatter chez les parents quelques temps, puis trouver un nouvel appartement, déménager, trouver un nouveau travail (Baptiste), refaire tous les papiers et cartes perdus au Chili, gérer pas mal d’administratif, se refaire à la routine quotidienne …. finalement … ON VEUT RESTER EN VACANCES !! (Trop tard, on est quasiment dans l’avion !)

5 commentaires sur “Bolivie – Le bilan

  1. La Bolivie est dans mon top 10 des voyages à faire et vous confirmez mon envie d’y aller ;-)
    Merci pour tous ces super articles. Vous avez dû y passer beaucoup de temps, mais quel plaisir pour nous!
    J’espère que la réadaptation n’est pas trop difficile!
    Bises!

    1. Oui c’est vraiment génial !! Il y en a pour tous les goûts ! Mais il faut prendre le temps pour s’acclimater sinon ça peut devenir un enfer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *